Caricature de Meinhard sur l'idée de Konrad Adenauer d'une union franco-allemande (13 mars 1950)

Image
«En réponse à la proposition d'Adenauer, Marianne la belle reste indifférente». Le 6 mars 1950, le chancelier fédéral Konrad Adenauer accorde au journaliste américain Kingsbury-Smith une interview dans laquelle il évoque l'idée d'une union franco-allemande. Le 13 mars 1950, le caricaturiste allemand Fritz Meinhard illustre le faible intérêt des autorités françaises pour la proposition allemande. Sous les traits d’une jeune Marianne coiffée du bonnet phrygien, la France reste insensible aux avances du chancelier fédéral Adenauer, qui tient un bouquet de fleurs à la main, mais semble plutôt réserver l’exclusivité de ses faveurs à un autre courtisan, le ministre britannique des Affaires étrangères Ernest Bevin.

Source et copyright

Source: MEINHARD, Fritz. Mit spitzer Feder, Karikaturen aus der Stuttgarter Zeitung. Stuttgart: Turmausdruckerei GmbH, 1950. 134 S. (Kleine Turmhausbücher). "Auf Adenauers Antrag zeigt Marianne die schöne, aber die kalte Schulter", auteur:Meinhard, Fritz, p. 86.

Copyright: (c) Fritz Meinhard

Ce document se trouve également dans…

Caricature de Meinhard sur l'idée de Konrad Adenauer d'une union franco-allemande (13 mars 1950)