Caricature de Hicks sur la question de l'avenir des relations franco-allemandes (2 novembre 1950)

Image
«Marianne entre Poincaré et Briand». Le 2 novembre 1950, dans le cadre des discussions sur le réarmement militaire de la République fédérale d’Allemagne, le caricaturiste allemand Wolfgang Hicks illustre le dilemme qui se pose à la France. Face à la main tendue du petit Michel, représentant la jeune Allemagne de l’Ouest, la France sous les traits de Marianne, est confrontée à deux choix: adopter une politique de méfiance et de fermeté (Poincaré en diable à gauche) à l’égard de son voisin d’outre-Rhin ou choisir la voie du rapprochement (Briand en ange à droite). Raymond Poincaré, président de la République française de 1913 à 1920, milite pour un retour de l’Alsace-Lorraine à la France et l’annexion de la Rhénanie et de la Sarre. Pendant son mandat de sénateur de 1920 à 1934, il préside la Commission des réparations du Sénat et suit une politique de très grande fermeté dans l’exécution des dispositions du traité de Versailles, notamment à l’encontre de l'Allemagne vaincue. À l’opposé, Aristide Briand, homme politique et diplomate français, plusieurs fois président du Conseil et ministre des Affaires étrangères et de la Justice, œuvre pour une politique ouvertement axée sur le rapprochement franco-allemand. En 1926, il reçoit le prix Nobel de la paix conjointement avec Gustav Stresemann, homme politique allemand, pour son action en faveur de la réconciliation entre la France et l'Allemagne dans le cadre des accords de Locarno de 1925.

Source et copyright

Source: HICKS, Wolfgang. "Marianne zwischen Poincaré und Briand" dans Die Zeit. Wochenzeitung für Politik - Wirtschaft - Handel und Kultur. Hamburg: Zeitverlag. 02.11.1950, n° 44, p.1.

Copyright: (c) Hicks

Ce document se trouve également dans…

Caricature de Hicks sur la question de l'avenir des relations franco-allemandes (2 novembre 1950)