Boulet Etienne, C. Lafond Alexandre. Groupe 1010

INTRODUCTION Il est important de faire la distinction entre l'Indochine et l'Indochine française. La première regroupe tous les pays de l'Asie du Sud-Est continentale. De plus, ce territoire est une péninsule entre la Chine et l'Inde. Elle est entourée par le Golf du Bengale à l'ouest et la mer de Chine à l'est. Elle est constituée de la Birmanie, de la Thaïlande, d'une partie de la Malaisie ainsi que du Laos, du Cambodge et des territoires du Tonkin, de l'Annam et de la Cochinchine qui forment aujourd'hui la République socialiste du Viêt Nam. L'Indochine française regroupe quand a elle, seulement les territoires du Viêt Nam, du Laos et du Cambodge. La présence française débute en 1858 et se termine en 1955 et fut le théâtre de nombreux conflits dont la guerre d'Indochine et du Viêt Nam. En ce sens, la visée de la recherche tente de comprendre les répercussions de ces conflits sur l'Europe, mais aussi sur le monde, car nous croyons que ces conflits se déroulèrent pour des enjeux intérieurs sociaux, mais aussi politiques et économiques mondiaux. DÉVELOPPEMENT Aspects sociaux Dans le cadre du cour nous avons choisi comme sujet de travail l'Indochine et les répercutions que la guerre contre sa métropole, la France, on entrainé dans cette région d'Asie suite à la défaite de l'armée française. En effet, la défaite de la France aura des conséquences plus meurtrières encore dans les années à venir et mènera à l'implication de plusieurs pays dans un conflit qui n'était au départ qu'une lutte pour la décolonisation. Suite à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la France récupéra son empire colonial. Mais la reprise de l'administration par les Français déplut à plusieurs Vietnamiens qui pendant le conflit mondial avaient obtenu une grande liberté administrative d'État de la part du Japon. Le contrôle plus étroit des politiques administratives du gouvernement de Paris mena à l'arrivée d'un des principaux opposants au colonisateur français, Ho Chi Minh, qui réclama comme plusieurs l'indépendance du Vietnam. Suite aux négociations ayant eu lieu en mars 1946, il proclama la République démocratique du Viêt Nam comme un « État libre » ce que le gouvernement français lui accorda, mais en prenant soin de spécifier que son pouvoir en terme de défense et de politique extérieur dépendait de la métropole. Ce mal entendu entre la métropole française et Ho Chi Minh fut le résultat d'un conflit et un prétexte pour justifier la reprise de l'Indochine en tant que colonie française, c'est le commencement de la guerre indochinoise. Les premiers temps du conflit se résument par une offensive française relativement agressive, mais elle se heurta contre la résistance de Ho Chi Minh et les troupes Vietminh. Le conflit prit fin avec la fin du siège de Diên Biên Phu en mai 1954, qui fut pour les Français un échec total. Suite au désastre de la campagne française, un accord fut convenu à Genève qui stipulait que l'Indochine française serait scindée en deux par le 17e parallèle. Le nord étant communiste et sous l'autorité de Ho Chi Minh alors que le Sud était dirigé par l'empereur Bao Dai et son premier ministre Ngô Dinh Diêm. Aspects politiques Deuxièmement suite à l'insuccès de la politique de l'empereur Bao Dai, celui-ci quitta et laissa le pouvoir à son premier ministre Ngô Dinh Diêm, un catholique et un anticommuniste qui se mérita l'appui des États-Unis. C'est à ce moment que débuta le conflit idéologique entre le communisme du Nord Vietnam et l'impérialisme du Sud Vietnam. Il est a noter que l'engagement américain se fait dès 1950 durant la guerre d'indépendance indochinoise, car ces derniers finançaient à 80 % l'effort de guerre français de peur que ce pays ne devint comme la Chine et comme la Corée du Nord qui ont basculés depuis peu dans l'orbite soviétique. Aspects économiques La perte de l'Indochine fut un dur coup pour la France qui perd l'une de ses colonies dans laquelle l'investissement était le plus important après l'Algérie. L'Indochine étant un grand producteur d'hévéas, la production de caoutchouc s'en trouve affectée de même que ses industries de transformation telles les industries des textiles. CONCLUSION En conclusion, la guerre d'Indochine et du Vietnam eurent des répercutions économiques car la France perdit de ses sources d'approvisionnement en ressources naturelles. Politiquement, elle eurent un impact à cause des oppositions entre les idéologies communistes et impérialistes. Sur le plan social ce conflit permit de s'émanciper de la métropole française mais scinda le pays durant une longue période ce qui fit de la réunification un acte difficile de part les divergences idéologiques marquées. MÉDIAGRAPHIE Article de périodique STRAVIDÈS, YVES. « De l'Indochine au Viêtnam. » Express, No. 2756, 26 avril 2004, p. 10-25. ARNAUD, BERNADETTE. « Diên Biên Phu, la véritable histoire. » Science et avenir, No. 687, mai 2004, p. 92-97. Article d'archive « Acte final de la Conférence de Genève et déclarations annexes », dans Notes et études documentaires. 30 juillet 1954, No. 1 901, p. 3-5. http://www.ena.lu/mce.swf?doc=3366&lang=1 BRISSON, Pierre, « Le sacrifice » dans Le Figaro. 08-09.05.1954, No 3005; 128 année, p. 1. http://www.ena.lu/mce.swf?doc=10560&lang=1 COIN, Jean, « Dien-Bien-Phu est tombé », dans L'Humanité. 08.05.1954, p. 1. http://www.ena.lu/mce.swf?doc=15282&lang=1 « Déclaration sur l'aggravation de la situation en Indochine », dans Correspondance de Politique Étrangère. 16.12.1970, No 35; Vol 10, p. 271. http://www.ena.lu/mce.swf?doc=9330&lang=1 RUSCIO, Alain, « L'Appel de Hô Chi Minh », Textes 1914 – 1969. Paris : L'Harmattan, 1990, p. 168 – 171. http://www.ena.lu/mce.swf?doc=3368&lang=1 « Lettre du Général Ély à Antoine Pinay », Ministère des Affaires étrangères ; Commission de Publication des DDF. Documents Diplomatiques Français. Tome 1 : 1955, 1er janvier – 30 juin. Paris : Imprimerie nationale, 1987, p. 531-532 http://www.ena.lu/mce.swf?doc=7583&lang=1